La métropole de Montpellier va plus loin dans sa démarche durable

Les échéances de mise en place des ZFE-m (zones à faibles émissions mobilité) se rapprochent des portes de plusieurs grandes agglomérations. Désireuses de contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air, ces ZFE font resurgir les concertations et les réflexions autour de la complexe question de la logistique urbaine. Le transport des marchandises s’affirme alors au cœur des stratégies environnementales. Concernée par ces enjeux, la métropole montpelliéraine, investie depuis plusieurs années sur ces problématiques, a choisi d’amplifier sa démarche en poursuivant dans des directions innovantes et collaboratives sur son territoire.

©Copyright Service Ecusson Vert

Montpellier, terre d’enjeux


Au-delà de son statut même de métropole, qui témoigne d’une forte activité et d’une importante aire urbaine, c’est aussi un territoire à forts enjeux de logistique urbaine. Son emplacement géographique à proximité de lignes ferroviaires et du port de Sète permet, par exemple, un potentiel de report modal pour le transport de marchandises. La métropole cherche ainsi à développer son report modal en misant sur le fret ferroviaire. Sa proximité de la ligne nouvelle mixte Nîmes - Montpellier devrait conjuguer un mixte circulation fret/voyageurs, tout comme le tronçon Montpellier-Béziers de la Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan (LNMP).

De plus, avec un contexte réglementaire en constante évolution, de nouveaux défis se présentent : la collectivité est assujettie à l’obligation de la mise en place d’une ZFE.

Un engagement fort pour l’innovation


Différents champs d’actions peuvent, dès aujourd’hui, témoigner d’un fort investissement pour une livraison en ville plus respectueuse de l’environnement. Territoire retenu à l’appel à projets de l’ADEME sur la mobilité autonome orientée transport de marchandises, la métropole s’investit par exemple avec la start-up locale Twinswheel qui développe des petits véhicules autonomes électriques pour la livraison de petits colis. Montpellier est également le lieu d’expérimentation du nouveau véhicule utilitaire électrique de Renault, Ez-Flex, en partenariat avec l’entreprise montpelliéraine Service Ecusson Vert qui dispose d’un espace de logistique urbaine pour une livraison en véhicule propre sur la ville.

Qu’est-ce que la mobilité autonome ?

La stratégie nationale pour le développement des véhicules autonomes, présentée par le gouvernement en 2018, introduit l’usage de véhicules robotisés pouvant se déplacer seuls grâce aux capteurs et caméras dont ils sont équipés. Appliqués au transport de marchandises, ces « droïdes logistiques » permettraient de solutionner des problèmes de livraison du dernier kilomètre de façon innovante, mais restent aujourd’hui en phase d’expérimentation pour gagner en maturité technologique.

1 cadre réglementaire, 19 leviers d’action


Au-delà de l’innovation et d’un recours à des entreprises locales à flotte propre pour la livraison du dernier kilomètre, la collectivité est également active sur ses documents réglementaires. Le schéma directeur de la logistique urbaine durable, rédigé en 2016 et revalidé chaque année, propose 19 fiches actions qui donnent les directions concrètes de travail pour optimiser le transport des marchandises sur le périmètre métropolitain, voire au-delà. Les actions préconisées se veulent transversales : multimodalité, intégration des projets d’urbanisme, gestion des emplacements de livraison ou encore concertation des acteurs publics et opérateurs privés.

Une évolution évidente vers une démarche d’engagement volontaire


Montpellier Méditerranée s’était déjà investie dans ces problématiques grâce à l’engagement de ses acteurs économiques dans le programme EVE, en exonérant par exemple de droits d’entrée au MIN (marché d’intérêt national) de Montpellier tous les véhicules labellisés Objectif CO2.

Sa volonté est maintenant à l’implication dans le programme InTerLUD. Ce programme vise à mettre en place une charte d’engagement volontaire autour de la logistique urbaine durable. Une telle charte pourrait venir renforcer les démarches existantes, accompagnant les nouveaux enjeux d’une ZFE et fédérant plus largement les professionnels concernés par la livraison de marchandises.

Qu’est-ce que le programme EVE ?

Ce programme permet d’accompagner certaines activités dans la réduction de l’impact énergétique et environnemental de leurs activités de transport et logistique. Il se décline notamment avec le dispositif Objectif CO2, qui à travers sa charte et son label valorise le haut niveau de performance environnementale des transporteurs.

©Copyright 3MIN

InTerLUD : un travail collaboratif déjà en marche !


Commerçants, artisans, grande distribution, grossistes, transporteurs et bien d’autres ; une multitude de secteurs portent et orientent les directives entreprises par la métropole pour le transport des marchandises en ville. Le programme InTerLUD s’articulera autour d’une gouvernance représentative de toutes les parties prenantes, publiques comme privées.

Les échanges à ce sujet ont déjà débuté avec la métropole, les opérateurs économiques et leurs représentants. Ils se poursuivront dans les mois à venir pour avancer en collaboration vers une charte multipartite.


retour aux actualités
Partager :