Les enjeux d’une logistique urbaine durable

Développement du e-commerce, accroissement de la demande de livraisons plus rapides au cœur des villes, foncier qui se raréfie, la logistique urbaine concentre de nombreux enjeux.

Sociaux

sociaux

Les enjeux sociaux renvoient à plusieurs acteurs :

  • Les conducteurs - livreurs dont les conditions de travail sont difficiles (horaires décalés, pénibilité…).

  • Les utilisateurs de la voirie :  les livraisons peuvent en effet créer des ralentissements et induire des comportements dangereux de la part des automobilistes.

  • La collectivité prise dans son ensemble : la livraison à domicile contribue par exemple au maintien à domicile et au prolongement de la vie autonome des seniors.

Économiques

economique
  • Le coût du transport de marchandises représente en moyenne un tiers du coût logistique global pour une marchandise qui peut avoir parcouru des milliers de kilomètres au préalable.

  • La logistique urbaine représente près d'un emploi sur dix au sein d'une aire urbaine (dont de nombreux salariés faiblement ou moyennement diplômés).

  • Le développement économique des territoires est un enjeu notamment en lien avec les nouveaux modèles logistiques (réduction des stocks, relocalisation des entrepôts…).

Environnementaux

environnement

Le transport de marchandises représente 10 à 20 % du trafic, mais il est responsable d'un quart des émissions de CO2, d'un tiers des émissions d'oxydes d'azote et de la moitié des particules liées à la circulation urbaine. (Ademe , Engagement volontaire en faveur de la logistique urbaine, 2018 ).

Urbanistiques

route camion

L'aménagement de la voirie et des bâtiments doit être repensé pour prendre en compte les nouvelles pratiques d'approvisionnement des particuliers, notamment la livraison à domicile.
De nouveaux espaces logistiques (espace logistique urbain, hôtel logistique, …) apparaissent dans les zones urbaines, ce qui entraîne une réorganisation des flux de marchandises dans la ville.

De flux en ville

routes

Les flux de marchandises dans la ville représentent 15 à 20 % du trafic routier.

Ils se répartissent de la manière suivante  :

  • 50 % des flux sont liés aux ménages (déplacements d'achat par les particuliers et livraisons aux particuliers)

  • 40 % des flux sont liés aux activités économiques tous secteurs confondus

  • 10 % des flux sont liés à la « gestion urbaine » : déchets, BTP, déménagements

À la croisée de ces enjeux économiques, environnementaux, urbanistiques et sociaux, les collectivités qui s'engagent dans une démarche en faveur de la logistique urbaine durable le font dans une optique d'accroissement de l'attractivité de leur territoire.

Partager :